top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Exilia Films – Voix d’asile. Donner la parole aux actrices et acteurs de l’asile

Le Temps | Pour le patron de Caritas, «la soirée de Chevrilles restera un événement historique»

En ligne depuis le 16 mars 2015 - modifié le 24 mars 2015

Directeur de Caritas et Singinois, Hugo Fasel analyse le climat d’hostilité autour du futur centre pour requérants à la Gouglera, où une réunion d’information fin février avait dégénéré. Il déplore les effets de la propagande et réclame une prise de position politique forte.

Article de Magalie Goumaz publié dans Le Temps, le 16 mars 2015. Cliquez ici pour lire l’article complet sur le site du Temps.

Hugo Fasel, Directeur de Caritas et Singinois: “Je ne peux pas m’empêcher de tirer des parallèles avec d’autres événements historiques, comme par exemple avec l’ex-Yougoslavie où l’on a vu des voisins devenir des ennemis en quelques jours. Aujourd’hui, on constate que la propagande fonctionne chez nous également. Avec les mêmes ressorts. L’UDC s’emploie depuis des années à créer un climat hostile envers les étrangers. Elle a fabriqué un ennemi, créé une réalité virtuelle et maintenant elle joue avec la peur des gens. C’est une suite logique mais irresponsable de la part d’un parti politique. La soirée du 25 février est la preuve de cette grave dérive. Deux personnes influentes de la région, soit deux députés, un du PLR et un de l’UDC, sont parvenues à électriser la foule et à créer un climat d’hostilité. Le cas du syndic de Chevrilles est d’ailleurs emblématique. C’est lui qui a parlé d’un «tsunami de requérants». Il s’en est excusé parce qu’il a été piégé par cette atmosphère délétère.

Derniers billets publiés sur notre site sur les centres fédéraux:

, ,