top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Exilia Films – Voix d’asile. Donner la parole aux actrices et acteurs de l’asile

UNHCR | Sept décès au large de Lesbos où des tensions éclatent dans un centre de réception bondé

En ligne depuis le 17 octobre 2015

Les autorités grecques ont averti que sept personnes ont été tuées dont quatre enfants dans une collision entre un bateau de passeurs et un bâtiment des garde-côtes grecs au large de Lesbos, a déclaré aujourd’hui l’agence des Nations Unies pour les réfugiés.

Article publié sur le site du HCR, le 16 octobre 2015. Cliquez ici pour lire l’article sur le site du HCR.

Par ailleurs, le personnel du HCR a également dû être évacué depuis un centre d’enregistrement bondé après que des violences aient éclaté jeudi, dans un contexte de frustration croissante parmi les réfugiés et les migrants.

La collision entre le navire de patrouille des garde-côtes et un bateau de pêche en bois transportant 38 personnes est survenue au large de la ville côtière de Molyvos au nord-ouest de l’île de Lesbos, selon les informations communiquées par les garde-côtes grecs jeudi (15 octobre).

Sept corps sans vie, y compris ceux des quatre enfants, ont été récupérés par la suite. Trente et une personnes ont été secourues après cette collision. Les autorités grecques ont annoncé avoir entamé une enquête sur cet accident, a indiqué le HCR.

Dans le cadre d’un incident distinct à Lesbos, plusieurs membres du personnel du HCR et d’autres organisations ont été évacués depuis le centre d’enregistrement bondé de Moria localisé en périphérie de Mytilène, la capitale de l’île, après que des violences y aient éclaté. Des groupes d’hommes frustrés pour avoir été tenus en respect ont essayé de couper des files d’attente et de forcer leur chemin vers les bureaux.

L’enregistrement sur le site a été suspendu vers midi et la police a dû être appelée pour tenter de contenir les troubles, qui se sont dégradés dans la soirée.

Les événements ont eu lieu parallèlement à l’arrivée continue de milliers de réfugiés et de migrants par la mer depuis la Turquie, ce qui a accru la pression le centre de réception et d’enregistrement déjà bondé et géré par les autorités sur l’île, a indiqué le HCR.

« Ces deux incidents, la tragédie maritime et les tensions à Lesbos, soulignent une fois de plus l’urgente nécessité de mettre rapidement en place des installations de réception appropriées en Grèce pour recevoir, aider, enregistrer et filtrer tous les nouveaux arrivants », a déclaré le porte-parole du HCR Adrian Edwards lors d’un point de presse à Genève .

Cette année, plus de 450 000 réfugiés et migrants sont déjà arrivés par la mer en Grèce. Plus de 100 personnes ont péri en tentant la traversée depuis la Turquie vers la Grèce en 2015. Dans toute la Méditerranée, ce sont plus de 3100 personnes qui ont péri.

Quelque 85 bateaux ont accosté sur l’île de Lesbos pour la seule journée de mercredi (14 octobre). Il y en a eu sans doute autant hier et durant la nuit, principalement le long de sa rive nord où le canal séparant la Grèce de la Turquie compte environ 10 kilomètres.

Selon un fonctionnaire du HCR en charge de la protection, jusqu’à six bateaux pouvaient être vus s’approchant en même temps du rivage tout au long de la journée. La plupart étaient des canots pneumatiques transportant environ 50 personnes chacun.

« La hausse des arrivées pourrait résulter de l’amélioration temporaire de la météo, avant le début de l’hiver et la crainte que les frontières européennes pourraient bientôt fermer », a déclaré Adrian Edwards.

Actuellement, on compte environ 3500 à 4000 personnes présentes sur la côte nord de l’île. Les transferts en autocar ont été suspendus du fait des conditions de surpopulation dans les centres d’accueil. Certains arrivants marchent actuellement sur une distance de 70 kilomètres à travers l’île vers la ville de Mytilène.

Lors d’une visite en Grèce plus tôt cette semaine, le chef du HCR António Guterres a déclaré qu’il était absolument essentiel que ce pays reçoive un soutien massif de l’Union européenne pour organiser des services appropriés en termes d’accueil, d’enregistrement et d’examen des dossiers. Ceci s’avère essentiel pour la réussite d’un transfert prévu des réfugiés vers d’autres pays européens, ainsi que pour le retour dans leur pays d’origine des personnes n’ayant pas besoin de protection internationale.

António Guterres a également exhorté les gouvernements à mettre en œuvre plusieurs systèmes afin que les gens puissent venir en Europe légalement sans devoir recourir à des passeurs ou via d’autres voies clandestines. Ces voies légales incluent une réinstallation accrue depuis le pays de premier asile, le regroupement familial, les régimes de parrainage privé, les visas à titre humanitaire et l’obtention de visas plus souples pour les étudiants, les travailleurs et autres.

Dans un événement distinct, près de la frontière entre la Turquie et la Bulgarie, un Afghan a été abattu la nuit dernière dans une zone boisée près de la ville de Sredets au sud de la Bulgarie.

« Le HCR est choqué par cet incident. Nous comprenons que l’homme a été touché en ricochet par une balle tirée par un garde-frontière bulgare », a déclaré Adrian Edwards aux journalistes. « Nous exhortons les autorités bulgares à mener immédiatement une enquête sur cet incident tragique et à communiquer des informations détaillées sur le déroulement des faits. »

 

,