Il y a ce qu’on dit
sur les réfugiés.
Et il y a la réalité

Commencer

A propos


La méconnaissance des faits constitue un terreau propice aux idées reçues.
En 9 questions-réponses illustrées, « Il y a ce qu’on dit sur les réfugiés. Et il y a la réalité » cherche à confronter ces préjugés aux faits et aux chiffres. L’objectif est d’inciter chacune et chacun à rester critique face aux informations, parfois erronées, véhiculées sur la problématique des réfugiés. Et à repousser les limites de l’intolérance et du rejet.

Ce quizz existe sous forme de brochure, publiée fin 2012 par l’association Vivre Ensemble, qui a souhaité prolonger le projet à travers une version interactive sur Internet et un volet de documentation « pour aller plus loin ».

En effet, les questions-réponses de la brochure sont volontairement courtes. Nous proposons, pour chaque préjugé, d’en découvrir davantage: explications, documents, statistiques et autres liens sont proposés à celles et ceux qui veulent comprendre et confronter notre réponse à d’autres sources. Cette nouvelle version interactive permet également d’avoir des informations actualisées. C’est pourquoi vous trouverez de petites différences par rapport à la version papier. Pour celles et ceux qui souhaitent commander et distribuer les brochures, des cartes de mise à jour statistique (2015) sont désormais jointes aux brochures en français et en allemand. (télécharger et commander la brochure)

Ce nouveau volet du projet « préjugés » a été réalisé grâce au soutien d’une fondation privée, ainsi que du CSP Genève et de la Coordination asile, que nous remercions.

Vivre Ensemble tient à remercier toutes les personnes qui ont rendu possible l’ensemble du projet, aujourd’hui et par le passé : Yves Brutsch, Jacques Mentha, Jacques Foëx et Alain Bolle qui ont cru au projet et l’ont défendu ; celles et ceux qui, d’une manière ou d’une autre, ont apporté leur touche au contenu : Ambroise Héritier, au coup de crayon imparable, toute l’équipe du secteur réfugié du CSP Genève et en particulier Lucine Miserez-Bouleau, Susin Park et Pascal Schwendener, du HCR, Géraldine Puig et Selim Neffah, anciennement au CODAP, Kushtrim, Liridon et Nicolas de l’ECG Jean-Piaget, André Kuhn, professeur de criminologie, Moreno Casasola pour ses conseils lors de la traduction en allemand. Enrico Bernardi et Alberto Campi pour la version italienne. Nous remercions également Fabrice Cortat et Emmanuel Piguet pour leur investissement créatif dans la traduction web de la brochure.


Association romande de défense du droit d’asile, Vivre Ensemble publie également une revue d’information et d’analyse critique sur la problématique des réfugiés en Suisse et propose sur son site Internet asile.ch une riche documentation sur l’asile: www.asile.ch

Coordination et rédaction : Sophie Malka
Chargée de projet : Cristina Del Biaggio
Comité de rédaction : Nicole Andreetta, Sophie Hodel, Françoise Jacquemettaz, Fatxia Ali Aden, Nora Bernardi, Raphaël Rey, Marie-Claire Kunz, Danielle Othenin-Girard, Christophe Tafelmacher
Illustrations : Ambroise Héritier
Graphisme : www.l-artichaut.ch
Graphisme et réalisation web: wonderweb
Copyright : Vivre Ensemble

CONTACT
Vivre Ensemble
Case postale 171
1211 Genève 8
Tél. : 022 320 60 94
Fax : 022 807 07 01
vivre.ensemble@asile.ch

soutien fr


 

 

Glossaire


Demandeur d’asile (permis N)
Personne en procédure d’asile, en attente d’une décision.

Réfugié reconnu (permis B réfugié)
Personne ayant reçu, au terme de sa procédure d’asile, le statut de réfugié (permis B réfugié). Défini par la Convention de Genève de 1951 sur le droit des réfugiés, ce statut s’applique à toute personne qui, « craignant avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays. » (art. 1)

Admission provisoire (permis F)
Protection offerte aux personnes qui n’obtiennent pas le statut de réfugié, mais dont le renvoi est « illicite », « inexigible » ou « impossible » car il mettrait leur vie en danger : guerre, violence aveugle, risque de peine de mort, de torture, vulnérabilité, etc. L’admission provisoire n’est néanmoins ni définie comme un statut de protection, ni liée à une autorisation de séjour comme c’est le cas dans l’Union européenne où on l’appelle « protection subsidiaire ».


Débouté
Personne qui, au terme de sa procédure d’asile, n’a pas obtenu l’asile et doit rentrer dans son pays d’origine.

NEM (Non-entrée en matière)
Abréviation qualifiant la décision des autorités d’écarter une demande d’asile sans examiner les motifs de fuite invoqués par la personne en demande de protection. Ces décisions touchent les personnes ayant transité par un Etat membre de l’accord de Dublin (NEM Dublin), par un Etat tiers dit « sûr », ou dont la demande est considérée comme « manifestement infondée » par
les autorités.

Sans–papiers
Personne séjournant sans statut légal en Suisse.


Soutien

Vivre Ensemble est une association romande sans but lucratif active dans la défense du droit d’asile et des réfugiés. Notre credo: informer, pour renforcer les droits des réfugiés. Activités d’information, de décryptage et de sensibilisation aux idées-reçues sur l’asile se déploient à travers diverses actions et publications, notamment auprès des jeunes et du grand public. Tel est le cas de la brochure Il y a ce qu’on dit sur les réfugiés. Et il y a la réalité ainsi que du site web sur lequel vous vous trouvez.
La brochure existe en français, allemand et italien. Elle peut être téléchargée sur notre site web asile.ch et est distribuée gratuitement à celles et ceux qui la commandent. Pour des commandes importantes, nous demandons une contribution d’environ 1frs l’exemplaire et la prise en charge des frais d’envoi . (lien vers le PDF et le formulaire de commande)
Notre association est uniquement financée grâce aux dons individuels de ses membres et de ses abonné-e-s à la revue Vivre Ensemble. Elle ne reçoit pas de subventions institutionnelles, hormis sur des projets spécifiques. Si vous estimez notre travail utile, engagez-vous à nos côtés et soutenez-nos projets!

newlogo2015_flyergris

 

 

 

Invasion?

Quel est le pourcentage de la population résidant en Suisse qui relève du domaine de l’asile ?

  • 12,3%?
  • 5,2%?
  • 2,1%?
  • 1,3%?

Bravo, c’est bien 1,3 % en comptant les personnes ayant déposé une demande d’asile, les personnes reconnues réfugiées ou admises provisoirement et les personnes en procédure de renvoi.

  • 22’887: C’est la moyenne des demandes d’asile reçues chaque année en Suisse depuis 20 ans, avec des hauts et des bas: 47’513 demandes en 1999 et 10’795 en 2005. En 2015, 39’523 demandes ont été déposées.
  • Les personnes relevant du domaine de l’asile représentent environ 5% des personnes étrangères résidant de manière permanente en Suisse.

Sources: Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM), statistiques 1996 – 2015

Pour en savoir plus
Libre choix?

Imaginez : la Suisse se déchire. Parler français est devenu un délit. Menacé, privé de travail, expulsé de votre logement, vous et votre famille risquez gros si vous critiquez votre gouvernement.

Que faites-vous ?

La majorité des hommes, femmes et enfants qui déposent une demande d’asile en Suisse viennent de pays gouvernés par des régimes autoritaires ou en proie à des violences politiques et à la guerre : Irak, Afghanistan, Somalie, Syrie, Erythrée… Les réfugiés fuient des persécutions politiques, religieuses ou ethniques. Ces personnes doivent être protégées.

  • Dans l’Union européenne, lorsque le statut de réfugié leur est refusé faute de persécution personnelle, les personnes déplacées par la guerre et les violences obtiennent une protection subsidiaire, et souvent quasiment les mêmes droits que les réfugiés. En Suisse, elles reçoivent une décision de renvoi. Et si l’exécution du renvoi dans le pays d’origine s’avère illicite ou inexigible parce qu’elle mettrait la vie des personnes en danger, une admission provisoire – statut précaire avec des droits limités – est octroyée.
Pour en savoir plus
Tromperie?

Plus de 70 % des demandeurs d’asile dont le dossier est examiné par la Suisse reçoivent une protection en raison du danger qu’ils courent dans leur pays.

  • VRAI
  • FAUX

C’est vrai! En 2015, après examen des demandes d’asile, la Suisse a reconnu un besoin de protection dans 79% des cas, en accordant l’asile ou l’admission provisoire. Pourtant, les statistiques officielles ne parlent que de 25% de réfugiés reconnus. Pourquoi?

1. Les admissions provisoires – permis F (28%) sont comptées comme des décisions négatives. Or, elles reconnaissent un besoin de protection.*

 

2. 33% des demandes ont été écartées sans examen des motifs d’asile, par décision de non-entrée en matière (NEM). Elles gonflent artificiellement le taux de décisions négatives.

 

Explication: Les décisions NEM sont généralement prononcées au motif qu’un Etat «sûr» a été traversé avant l’entrée en Suisse. Cela signifie que les motifs de fuite doivent être examinés par cet Etat tiers, non que la demande est injustifiée. Les NEM devraient donc être exclues du calcul, et non pas comptabilisées comme des décisions négatives.

 

* A noter que le SEM affiche enfin dans ses statistiques un « taux de protection » qui additionne les admissions provisoires et les octrois de l’asile. Il parvient  à un taux de protection de 53% pour 2015.
Source: statistiques 2015, Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM)

Pour en savoir plus
Afflux?

Imaginez : un mouvement terroriste sème la terreur dans la ville. Attentats, pillages, votre maison est incendiée et les autorités sont dépassées.

Où cherchez-vous à vous enfuir ?

Dans le canton voisin ? Comme vous, 2/3 des personnes déplacées dans le monde sont « réfugiées » dans leur propre pays. Et 80% de celles qui ont fui leur pays se trouvent dans un pays voisin ou dans lequel ils ont de la famille. Les pays du Sud accueillent les 4/5 des réfugiés.

  • La Turquie et le Pakistan figurent au premier rang des pays d’accueil (1,6 et 1,5 millions des 19,5 millions de réfugiés dans le monde en 2014). 38,2 millions de personnes sont réfugiées au sein de leur propre pays (déplacé-e-s internes).
Pour en savoir plus
Mensonge?

Vous avez 5 minutes pour quitter votre appartement. Quels sont les trois objets que vous prendriez avec vous ?

  • Documents d’identité
  • Nourriture
  • Vêtements
  • Argent
  • Carte géographique
  • Médicaments
  • Téléphone portable
  • Photo de famille

La plupart des réfugiés quittent leur pays dans l’urgence, abandonnant tout dans leur fuite. Or, dans la procédure d’asile, les preuves concernant l’identité, l’âge, l’engagement politique, religieux, les liens de parenté et le parcours suivi durant la fuite ont souvent une incidence déterminante sur l’issue de la demande.

  • En théorie, il suffit au demandeur d’asile de rendre « vraisemblable » la persécution dont il a été victime. Mais dans la pratique, cette « vraisemblance » est souvent niée en raison du manque de preuves matérielles et la demande est rejetée.
Pour en savoir plus
Profit?

Pourriez-vous vivre avec 10 frs par jour ?

  • oui 
  • non

C’est le lot des personnes déboutées de leur demande ou frappées d’une décision de non-entrée en matière. Selon les cantons, elles ne reçoivent que des plateaux repas et dorment dans des abris de protection civile. Les plus « chanceuses » reçoivent 10 frs par jour pour se nourrir et subvenir à tous leurs besoins. Elles n’ont pas le droit de travailler. C’est ce qu’on appelle l’« aide d’urgence ».

  • En Suisse, le minimum vital est fixé à 986 frs par mois.* Les demandeurs d’asile reçoivent en moyenne la moitié de ce montant.
    * Aide sociale versée aux citoyens et résidents suisses dans le besoin selon les normes de la Conférence suisse des institutions d’actions sociales (2015)
Pour en savoir plus
Oisiveté?

Travail sur appel, contrats précaires, salaires très bas… ou pas de travail.

Qui profite de qui ?

Les demandeurs d’asile sont interdits de travail durant les 3 à 6 premiers mois de séjour en Suisse. Ils ont ensuite un accès au marché du travail restreint, parfois à certains secteurs, donc rarement dans leur domaine de compétences. Priorité est donnée aux Suisses et résidents. En cas d’asile ou d’admission provisoire, les années de compétences ainsi perdues freinent leur accès à l’emploi, leur indépendance financière, leur intégration. En cas de rejet de la demande d’asile ou de décision de NEM, l’autorisation de travail est retirée.

  • 1 % des demandeurs d’asile (permis N) et 30% des personnes admises provisoirement (permis F) travaillaient en moyenne en Suisse en 2015. Ils sont surreprésentés dans les emplois sous qualifiés et mal payés, des branches où les Suisses sont peu nombreux. En plus de l’AVS, l’AI, l’assurance chômage et les impôts, une taxe spéciale de 10 % est prélevée sur leurs salaires durant 10 ans.
    Sources : statistiques du SEM et de l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Economiques)
Pour en savoir plus
Criminalité?

Mesurez-vous plus de 1 m 75 ?

  • oui
  • non

Si vous mesurez plus de 1m 75, vous faites partie de la catégorie de la population la plus représentée dans les statistiques de la criminalité : 85% des condamnations pénales sont prononcées contre des hommes, et la majorité des personnes mesurant plus de 175 cm sont des hommes. Evidemment, le facteur explicatif de la criminalité n’est pas la taille ! Les principales variables influençant le taux de criminalité sont, dans l’ordre : le sexe, l’âge, le niveau socio-économique et la formation. La nationalité n’est pas en soi significative.

  • Un jeune Suisse de sexe masculin, pauvre et sans formation a autant de risque de commettre un crime qu’un étranger remplissant les mêmes critères. Les étrangers étant surreprésentés dans ces quatre catégories, ils le sont donc aussi dans les statistiques. Autrement dit, la nationalité n’est pas plus que la taille un critère pertinent pour expliquer le phénomène criminel…
    Sources : André Kuhn, « Comment s’explique la surreprésentation des étrangers dans la criminalité ? », Vivre Ensemble Hors-série #1 / mars 2013
Pour en savoir plus
Détention?

Dans quels pays peut-on être détenu sans avoir commis aucun délit pénal ?

  • Corée du Nord
  • Erythrée
  • Afghanistan
  • Suisse
  • Cuba

Tous. En Suisse, la loi permet d’emprisonner pour une durée maximale de 18 mois un étranger en situation irrégulière en vue de son renvoide Suisse, sans qu’il ait commis aucun délit pénal. Les enfants âgés de 15 à 18 ans peuvent être détenus durant un an.

  • La détention administrative a pour but d’assurer l’exécution d’une décision de renvoi. Pourtant, au-delà de trois mois, le taux de renvoi chute. La mesure est donc inefficace sur le long terme. Et le coût exorbitant : 200 frs par jour et par personne, remboursés par la Confédération, soit 22 millions de francs par an. Berne s’apprête à doubler le nombre des places de détention, donc le coût.
    Sources : Planification générale de la restructuration en matière d’asile, SEM, 18 février 2014 et rapport de la Commission de gestion du Conseil national (2005)
Pour en savoir plus
Asile: devenez incollable !?

Vous êtes arrivé au bout de ce quiz, bravo !

Si vous avez été étonné par au moins une des réponses, c’est que l’exercice est utile.

Alors testez le quiz auprès de vos ami-e-s, vous participerez à remettre en question par des faits certains préjugés sur l’asile.


 

Partagez-le
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someone


Enfin, si vous voulez devenir incollable en matière d’asile, rendez-vous sur www.asile.ch ou abonnez-vous à notre revue d’information Vivre Ensemble (20 frs/an pour 5 numéros)

 

 

Devant la persécution toutes personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays.

Déclaration universelle des droits de l’homme (1948)